Augmentation des tarifs du gaz au 1er juillet 2010

actualites aterno

Le prix du gaz a augmenté d’environ 5% le 1er juillet 2010, après une première hausse au mois d’avril de 9,7%. Une mauvaise nouvelle pour le pouvoir d’achat et tous les Français utilisant le gaz naturel pour se chauffer ou faire la cuisine.

Une nouvelle hausse tarifaire pour le gaz...

Cette nouvelle hausse voulue par GDF, s’inscrit dans un contexte pour le moins délicat : crise économique, baisse ou stagnation du pouvoir d’achat… Ce sera encore au consommateur d’assumer les fluctuations d’un système de calcul de prix pour le moins bizarre. En effet, le prix du gaz est indexé sur celui du pétrole (si le prix du pétrole augmente, celui du gaz augmente également) alors que ces deux secteurs connaissent des tendances divergentes.

La production de gaz tend à devenir excédentaire grâce, par exemple, à l’exploitation des gisements de gaz de schiste, dont les coûts d’exploitation deviennent acceptables du fait de la découverte de techniques d’extraction moins coûteuses, et à cause de la crise, qui ralentit la consommation. Si l’on suit la loi de l’offre et de la demande, les prix sont censés baisser lorsque l’offre devient plus abondante. Est-ce le cas ? Non…

Il faut savoir que la France s’approvisionne très majoritairement à l’étranger, grâce à des contrats sur le long terme, négociés à un prix fixe (avec la Russie ou l’Algérie par exemple). Ces contrats garantissent un apport continu en gaz sur le long terme. En théorie seulement, comme on l’a vu en 2008 et 2009 lors de la crise du gaz entre la Russie et l’Ukraine. La Russie avait bloqué ces approvisionnements à presque toute l’Europe. Il y a donc deux cours du gaz, celui calculé au jour le jour (appelé marché spot) et celui défini dans les contrats de long terme.

Or, le cours du marché spot est inférieur de moitié aux contrats de long terme… Gdf doit donc répercuter la hausse de ses dépenses d’achat de gaz pour pouvoir continuer à faire des bénéfices. Encore faut-il acheter du gaz au juste prix…
Pour le consommateur, cette hausse n’est pas la première. Depuis 2004, les tarifs pour les particuliers ont augmenté d’à peu près 48%, malgré une baisse momentanée de 11 % en 2009. L’augmentation du prix du gaz se répercutera différemment selon l’usage que l’on en fait.

Ainsi, la facture augmentera de 2 à 45 euros à l’année pour la hausse du mois de juillet. Si on l’utilise pour le chauffage, la cuisine et l’eau chaude, le coût cumulé des deux augmentations effectuées en 2010 représentera environ 129 euros/an de plus pour un ménage... (source) Il s'agit d'une hausse de prix non négligeable, en particulier pour les ménages aux revenus modestes…

Avec une courbe des prix du gaz qui ne cesse d’augmenter de façon régulière, et si l’on suit cette tendance, on n’ose imaginer la facture d’un ménage se chauffant au gaz dans un, deux ou cinq ans… Probablement faudra-t-il envisager de remplacer vos équipements au gaz par des appareils fonctionnant avec une autre énergie comme l’électricité par exemple, qui bénéficie d’un cadre favorable encadré par l’état : énergie abondante, approvisionnement en continu et toute l’année à votre domicile, prix inférieur au gaz et même aux moyennes des autres pays européens, pas de coupures d’électricité lors des grèves…
Le prix de l’électricité étant toujours inférieur à celui du gaz, il est également envisageable d’opter pour un radiateur électrique à inertie dernière génération, conçu pour utiliser le moins d’énergie possible, tout en assurant un confort optimal.

Haut de page