Ça bouge en France pour les énergies renouvelables

actualites aterno

Encore à la traîne en matière d’énergie renouvelable, la France se met doucement au développement de ses capacités de production d’énergie d’origine verte.

Eolien off-shore, méthanisation, hydrolienne… Plusieurs projets ont été lancés ces dernières semaines.

developpement energies renouvelables

Lancement de l’éolien en mer

Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Ecologie et du Développement durable, a lancé, au début du mois de juillet, un appel d’offre pour la création d’un parc éolien off-shore sur les côtes françaises.

Ce seront, à terme, environ 600 éoliennes qui devront être installées d’ici 2015 sur 5 sites différents, entre la Manche et l’Atlantique.

Ce parc en mer devra générer 6 gigawatts d'électricité, et son développement doit normalement participer à la création de 10 000 emplois.

Les futurs investissements se monteront à environ 20 milliards d’euros pour mener à bien ce projet, et la production d’électricité devrait représenter environ 3.5% de la consommation annuelle des Français.

La méthanisation, un procédé en devenir

Le président de la République a dernièrement promu la réutilisation des déchets organiques pour la production de gaz, grâce à un procédé appelé méthanisation. Bien que déjà utilisée dans l’hexagone, cette technique n’en demeure pas moins au stade embryonnaire, tant le potentiel est élevé.

La méthanisation est un procédé simple : il s’agit de laisser se décomposer des matières organiques (issues des eaux usées, des déjections animales, des déchets agricoles ou ménagers…) dans un « digesteur » où, sous l’action de bactéries, du méthane est produit. Ce biogaz est ensuite réutilisé pour les transports collectifs, le chauffage ou la production d’électricité, et les résidus organiques pour la fertilisation des sols.

Plusieurs sites utilisent déjà ce type d’installation, et les résultats sont positifs : à Migneville, en Lorraine, une installation de méthanisation produit 9 fois plus d’énergie qu’elle ne consomme de fioul et a abaissé ses émissions de CO2 de 66%.

L’hydrolienne, un pari d’avenir

Une hydrolienne emprunte le même principe de fonctionnement qu’une éolienne, mais la turbine est placée sous l’eau.

Dotée d’un territoire maritime étendu, la France a un potentiel énorme de production d’énergie grâce à cette technique, estimé entre 2 et 3 GW (un réacteur nucléaire produit environ 1 GW).

Les avantages sont donc nombreux : silencieuse, moins visible et plus petite qu’une éolienne, sa production est prévisible puisque les courants marins le sont également ; ce sont des cycles qui dépendent de la Lune.

Enfin, un petite hydrolienne peut produire autant d’énergie que sa grande sœur terrestre, du fait de la masse supérieure de l’eau par rapport à l’air.

L’hydrolienne est donc véritablement un secteur d’avenir pour la France, qui voit nombre de projets se développer.

La France voit donc se développer quelques moyens de production d’énergies renouvelables, du fait d’une nouvelle volonté politique notamment. Cette dernière se traduit par des appels d’offres concernant le secteur éolien, dans lequel l’hexagone se doit de rattraper son retard.

Le développement de la méthanisation et des hydroliennes s’inscrit également dans cette optique puisque le territoire français est quasiment dépourvu de ces installations.

Haut de page