Non-conformité des tableaux électriques : de nombreux foyers français sont concernés

dossiers thematiques aterno

Au moment d'effectuer des rénovations ou en cas de soucis techniques, vous pensez à regarder votre tableau électrique. Ce dernier est, au bout de quelques années, dépassé. Il est nécessaire d'être extrêmement prudent, car l'électricité reste une source de danger. Une mise au point s'impose afin de savoir, si votre installation est conforme ou non.

tableau electrique

Un tableau électrique aux normes constitue un gage de sécurité.

Le tableau électrique, un tableau de protection

Le tableau électrique constitue le point névralgique de votre installation électrique. Il rassemble sur un même boîtier l'ensemble de vos installations électriques dont le chauffage, l'éclairage et la domotique. Vous pouvez ainsi couper le courant sur une partie ou l'intégralité du réseau de votre logement. Sur cette armoire électrique, sont également présents les éléments de sécurité et de protection des différentes lignes électriques comme par exemple le parafoudre, l'interrupteur différentiel et les disjoncteurs.

Pourtant, deux tiers des logements français, selon l'Observatoire national de la sécurité des installations électriques (ONSE), disposent d'une installation électrique défaillante. Les maisons et les appartements comportent plusieurs anomalies récurrentes : l'absence de mise à la terre, la présence de fils électriques encore gainés de tissus, du matériel ancien et inadapté à l'usage et le non-respect des règles de sécurité dans la cuisine et la salle de bains. 40 % des logements sont dotés de fusibles et de disjoncteurs inadaptés !

Un tableau électrique hors norme : les risques encourus

L'Observatoire révèle dans son rapport que 80 000 incendies domestiques sont d'origine électrique ! Une installation électrique non sécurisée et un tableau électrique en mauvais état peuvent être, en effet, extrêmement dangereux. Suite à un court-circuit, votre maison peut s'embraser mais, vous et votre famille vous vous exposez également à d'autres risques :

  • Une électrisation. Elle désigne le passage du courant dans le corps. Les blessures peuvent être plus ou moins graves (handicap, séquelles physiques) suivant l'intensité de la décharge électrique.
  • Ou une électrocution. La charge électrique est, dans ce cas, mortelle.

La norme NF C 15 – 100

La norme NF C 15–100, intitulée Installations électriques à basse tension, de l'Union technique de l'électricité (UTE), garantit la sécurité des installations électriques. Cette réglementation s'applique pour les habitations neuves ou en rénovation. Un tableau électrique conforme doit être installé au sein du logement (une obligation pour les appartements) ou dans la cave, à une hauteur comprise entre 1 m et 1 m 80. Il dispose également de plusieurs équipements :

  • Un dispositif de coupure d'urgence.
  • Une réserve de 20 % d'emplacements disponibles afin d'anticiper une éventuelle évolution de l'habitation. 6 modules maximum sont à prévoir pour les logements collectifs.
  • Un câblage facilité par des rails inclinables et extractibles.
  • Des protections différentielles pour la détection de fuite, un disjoncteur différentiel de 30 mA de type A (protection de plaque de cuisson, machine à laver) et de type AC (autres circuits).
  • Le regroupement sur la même protection des appareils électriques de chauffage.
  • 8 disjoncteurs pour un différentiel.
  • La protection de chaque circuit par un coupe-circuit ou un disjoncteur divisionnaire.

Le diagnostic électrique, un contrôle sécurité

Pour vendre un bien immobilier de plus de 15 ans, il est obligatoire, depuis le 1er janvier 2009, d'effectuer un diagnostic électrique. Le document est valable durant 3 ans. Réalisé par un professionnel habilité, il dresse un bilan complet de l'ensemble de l'installation privative des locaux et de leurs dépendances. Le diagnostiqueur conseille un certain nombre de travaux pour mettre l'installation aux normes. Ces suggestions ne sont pas obligatoires. Toutefois, en cas de sinistre dû à un problème de vétusté de l'installation, votre contrat d'assurance multirisque habitation ne couvrira pas les dégâts subis.

Haut de page