Les particules fines, un fléau mortel

actualites aterno

L’agence de santé publique française tire la sonnette d’alarme. 48 000 personnes décèdent chaque année sous les assauts de la pollution et en particulier ceux des particules fines. Une des solutions avancées est de changer son ancienne chaudière contre un système plus propre.

pot-echappement

Les particules fines sont responsables de 48000 décès sur une seule année.

Les particules fines, la 3ème cause de mort en France

Les différentes activités humaines dont le chauffage à énergie fossile (bois et le fuel), les véhicules diesel, l’industrie, les transports et l’agriculture, produisent, chaque jour, des particules fines. Ces milliers de molécules sont totalement invisibles à l’œil nu. Pourtant, elles sont responsables de 48 000 décès sur une seule année, en France, ce qui équivaut à 9% de la mortalité dans le pays selon l’étude de Santé Publique France. « Le fardeau de la pollution de l’air se situe au troisième rang, derrière celui du tabac (78 000 morts) et l’alcool (49 000 morts) », constate le Pr. François Bourdillon, directeur général de la Santé Publique France.

La pollution n’a pas de frontière

Les grandes villes sont particulièrement exposées à la pollution de l’air. Elles semblent être constamment noyées dans un épais nuage de fumée. Ce sentiment est amplifié lors des annonces dans les médias des pics de pollution. La campagne et son air pur et vivifiant apparaît comme un refuge sûr. Une utopie, malheureusement. Selon l’étude de Santé Publique France, 800 000 personnes vivant dans les communes rurales seraient exposées. Ces émissions ne sont pas sans conséquence sur la santé. L’espérance de vie, en moyenne, recule de 15 mois dans les grandes villes et de 9 mois dans les zones rurales ! Cette pollution touche davantage les jeunes générations, elle représente « une perte d’espérance de vie pour une personne âgée de 30 ans pouvant dépasser deux ans », selon cette même étude.

34 000 vies pourraient être sauvées !

Seules solutions pour endiguer ce phénomène est de modifier ses habitudes. Par exemple, faire du covoiturage, utiliser le vélo ou miser sur une chaudière basse consommation. A l’heure des énergies renouvelables, le chauffage électrique constitue une alternative intéressante, car il a un impact quasiment nul sur l’environnement. Les radiateurs à inertie d’Aterno allient, en prime, confort, économies d’énergie. Doté d’une brique réfractaire Kalith®, ils accumulent la chaleur pour mieux, ensuite, la restituer. Aterno propose, en parallèle, des outils domotiques. Détecteur d’ouverture et de présence, application MyAterno ou thermostat déporté sans fil, autant de dispositifs, qui vous permettent de maîtriser parfaitement votre consommation.

Si chacun fait un effort pour réduire la production de particules fines, plus de 34 000 morts pourraient être évités, d’après l’étude de Santé publique.

Haut de page