Le plus grand parc éolien maritime au monde devrait être britannique

actualites aterno

Le Royaume-Uni profite de sa place stratégique pour conquérir les mers. Les éoliennes offshores fleurissent le long des côtes britanniques. Le dernier projet en date : « Hornsea Project Two ». Cette ferme composée de 300 éoliennes représenterait la plus importante jamais bâtie au monde au moins pour l’instant…

eoliennes offshore

Les éoliennes offshore fleurissent le long des côtes britanniques.

Le projet « Hornsea Two » : un parc de 300 éoliennes

Le Royaume-Uni a donné son feu vert, mardi 16 août 2016, pour l’extension du projet baptisé « Hornsea Project Two ». Mené par la société danoise, Dong Energy, ce chantier ambitieux vise à installer à 90 km au large du Yorkshire, dans la mer du nord, 300 turbines ! Elles disposeraient d’une capacité de production de 1,8 gigawatt, soit un peu plus d’un rédacteur nucléaire EPR (1,6 GW). Cette ferme d’éoliennes sera en mesure d’alimenter 1,6 millions de foyers ! Mais avant de générer de l’électricité, le projet doit se soumettre à une phase d’études afin de vérifier sa faisabilité.

En février dernier, Dong Energy annonçait déjà la construction de 174 éoliennes offshores d’une capacité totale de 1,2 gigawatts dans la même zone géographique. Ce projet « Hornsea Project One » fut présenté par le fabricant danois comme le parc le plus important du monde avec un investissement de 6 milliards de livres soit 7 milliards d’euros. La centrale éolienne devrait entrer en service à l’horizon 2020.

L’énergie éolienne, une « solution mature »

Le nouveau gouvernement dirigé par Theresa May adopte une politique davantage tournée vers les ressources renouvelables. A l’heure de la transition énergétique, ces énergies propres et en particulier l’éolien se révèlent être des choix plus pertinents par rapport à d’autres options dont Hinkley Point et le gaz de schiste. « L’éolien propose à présent une solution mature pour le mix énergétique britannique », affirme Huub den Rooijen, le directeur du Crown Estate. Il ajoute que le secteur possède les moyens de produire « dans les temps et dans les budgets ». De plus, selon Bloomberg New Energy Finance (BNEF), avec un budget équivalent à celui de la centrale de Somerset, l’Angleterre pourrait financer pas moins de 830 parcs éoliens offshore, générant en moyenne 25 TWh par an. « Si nous avions 18 milliards de livres (16 milliards d’euros) à dépenser, nous pourrions construire des parcs d’éoliennes de 5,7 GW, en doublant presque la capacité et en générant autant d’énergie que Hinkley Point », souligne Keengan Kruger, l’analyste de BNEF.

Le Royaume-Uni, le maître des mers

Les parcs d’éoliennes maritimes poussent aussi vite que des champignons sur les côtes du Royaume-Uni. Le pays multiplie les installations toujours plus gigantesques. Le parc éolien Thanet avec ses 100 éoliennes et son rendement de 300 MW constitue le plus grand parc opérationnel à ce jour. Toutefois, bien d’autres ouvrages sont en cours et ils risquent de le détrôner dans les prochaines années. Le parc de London Array, inauguré en juillet 2013, compte 341 turbines et bénéficie d’une capacité de 630 mégawatts. La ferme Bank Greyke Beck totalisera 400 éoliennes pour une capacité de 2,4 gigawatts. Au final, les éoliennes offshores britanniques fournissent environ 5 gigawatts et représentent la moitié du parc européen. L’Angleterre devance ainsi largement ses principaux concurrents dont l’Allemagne (3,3 MG) et le Danemark (1,3 GW).

L’éolien en mer assure, actuellement, 5% des besoins énergétiques du Royaume-Uni. Ce chiffre devrait doubler d’ici 2020 avec l’achèvement du projet « Hornsea Project Two ».

Haut de page