La première centrale éolienne avec stockage inaugurée en Guadeloupe

actualites aterno

Les DOM-TOM possèdent un énorme potentiel en matière d’énergie renouvelable. Ils jouissent, en effet, du soleil, de l’eau et du vent. Leur exploitation est vitale pour ces archipels situés loin de la métropole. La Guadeloupe a ainsi inauguré, fin juin, la première centrale éolienne française combinée à un système de stockage. Ce projet pilote permet de répondre aux besoins en électricité des régions les plus reculées.

parc-eolien stockage a marie galante.

Source : société Quadran.

Le parc éolien de Petite-Place

La société Quadran, le leader de la production d’électricité verte, et ses partenaires se sont rendus sur l’île de Marie-Galante, en Guadeloupe, jeudi 30 juin. Ce voyage d’affaire conclut 12 mois de travail sur le parc d’éoliennes de Petite-Place et un investissement de 9 000 000 €. La centrale constitue une première pour la France. Elle comprend neuf éoliennes rabattables parfaitement adaptées aux conditions météorologiques de ce territoire. La grande nouveauté : l’installation est raccordée à une batterie Lithium-Ion, fabriquée par le constructeur Saft. Elle possède une capacité de stockage de 460 kWh.

Reliée au réseau électrique d’EDF depuis septembre 2015, la centrale éolienne permet de répondre aux besoins des 3300 habitants de la commune de Capesterre-Marie-Galante.

Le stockage de l’électricité, le début de l’indépendance énergétique

L’île de Marie-Galante souffre de son isolement géographique. Elle ne peut pas être reliée au réseau électrique de la métropole et une trentaine de kilomètres d’océan la sépare de la Guadeloupe. « La double insularité pèse. Nous avons dû engager 2 millions d’euros pour le raccordement au réseau : la ligne traverse l’île sur 22 km. », explique Jérôme Billerey, le Directeur général du groupe Quadran. Le projet de Petite-Place constitue donc une véritable chance. Il réduit sa dépendance aux hydrocarbures et favorise la production locale de l’électricité. Sa consommation annuelle en fioul lourd s’élève jusqu'à présent à 600 tonnes ! La Guadeloupe dépend, quant à elle, à 82,2% des énergies fossiles (fuel et principalement le charbon).

De plus, la possibilité d’emmagasiner de l’énergie permet de pallier à l’intermittence de l’énergie éolienne et de mieux ajuster la distribution de l’électricité en fonction des réels besoins de la population.

La Guadeloupe, une région pionnière en matière d’énergie renouvelable

« Une nouvelle fois la Guadeloupe démontre qu’elle est une région pionnière et vitrine du développement des énergies renouvelables », souligne Jérôme Billerey. La Guadeloupe profite depuis de nombreuses années des atouts climatiques que mère nature lui a transmis. En 1997 déjà, la firme Quadran installait un parc d’éoliennes sur le site Petite-Place. L’équipement a été démantelé, en 2013, après des années de bons et loyaux services.

A noter, la filiale Quadran Caraïbes commence un nouveau chantier à Petit-Canal, une autre commune de la Guadeloupe. Le parc éolien se composera de dix éoliennes de 2 MW disposant d’une capacité de stockage de 3,3 MWh. L’enquête publique estime le montant de l’investissement à 62 millions d’euros.

Haut de page