L’UE aide la France à atteindre ses objectifs en matière d’énergies renouvelables

actualites aterno

Pour atteindre ses objectifs nationaux en matière d'énergies renouvelables, la France peut compter sur le soutien de l'Union Européenne. La Commission vient, en effet, de valider ses trois régimes d'aide destinés aux producteurs d'énergie solaire et hydraulique.

panneaux photovoltaïques - energie solaire

La France mise entre autres sur le développement des énergies solaires.

Les capacités solaires et hydroélectriques boostées

L'UE valide les trois nouveaux régimes d'aide français accordés aux producteurs d'énergies renouvelables. Ces mesures vont permettre d'accroître respectivement les capacités solaire et hydroélectrique du pays de 2 600 mégawatts (MW) et 60 MW. Une hausse de production, qui correspond à plus de deux réacteurs nucléaires ! « Les deux régimes en faveur de l'énergie solaire sont dotés d'un budget prévisionnel de 139 millions d'euros par an. Soit un total de 8,8 milliards d'euros sur 20 ans. Le régime en faveur de l'énergie hydroélectrique est lui doté d'un budget prévisionnel de 25 millions d'euros par an, soit un total de 500 millions d'euros sur 20 ans. », détaille la Commission. Ces initiatives « stimuleront une utilisation accrue des sources d'énergies renouvelables et procureront une sécurité juridique au secteur, tout en limitant autant que possible le recours au soutien de l'Etat. », souligne la commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager dans un communiqué.

Ce dispositif d'aides s'ajoute aux mesures validées par la Commission Européenne, en décembre dernier. L'hexagone dispose de tous les outils pour atteindre son objectif pour 2020 à savoir couvrir 23 % de ses besoins énergétiques à partir de sources renouvelables.

Les trois nouveaux régimes d'aides

Trois régimes d'aides seront mis, prochainement, en place :

  • « Le paiement d'un prix différentiel » de rachat aux exploitants d'installations solaires concerne les petits producteurs. Les panneaux disposent d'une capacité maximum de 100 kilowatts et sont agencés sur les toits des habitations ou des commerces. Grâce à ce premier régime, la France espère augmenter sa production solaire d'environ 1 500 MW.
  • Le deuxième régime concerne exclusivement les exploitations de plus grande taille (de 100 à 250 kilowatts et celles de plus de 250 kilowatts). Elles pourront profiter d'un tarif de rachat sur une période de 20 ans. Cela doit permettre la mise en place d'environ 1 100 MW supplémentaires.
  • Le dernier régime s'adresse à la filière hydraulique. Des subventions seront allouées aux nouvelles centrales hydroélectriques dont la capacité peut atteindre jusqu'à 60 MW. Les centrales de moins de 500 kilowatts pourront bénéficier d'un tarif d'achat. Les plus grandes centrales recevront, quant à elles, des aides sous la forme d'un complément de rémunération. Son montant est amené à varier en fonction du prix de l'électricité sur le marché.

19,6 % de la consommation d'électricité d'origine renouvelable

La France se rapproche doucement de son but. Selon le panorama 2016 des énergies renouvelables, sa part de consommation d'énergies renouvelables dans le mix énergétique atteint, désormais, 19,6 %. La production d'électricité verte a connu une croissance de près de 2,2 %. Résultat, la puissance installée s'élève à plus de 45,8 GW, au 31 décembre 2016.

Ce même rapport constate que le secteur hydraulique reste la principale ressource d'énergies renouvelables du pays. Les centrales tricolores offrent une capacité de 25,5 GW. Mais, les filières éoliennes et solaires sont de plus en plus compétitives. Une puissance de 18,4 GW a été installée ! Ces deux énergies propres représentent ainsi 96 % des capacités mises en place au 4ème trimestre.

Haut de page